Stop the Cycle

Solutions contre les maladies diarrhéiques

Vaccins

Les vaccins font partie des outils les plus efficaces à notre disposition pour protéger les enfants des maladies diarrhéiques. À l’heure actuelle, des vaccins ont déjà été développés ou sont en cours de développement pour plusieurs maladies diarrhéiques, notamment le rotavirus, l’Escherichia coli entérotoxigène (ETEC), et les Shigelles.

Copier l’URL

Vaccins

Les vaccins produisent une immunité contre une maladie. De nos jours, plusieurs vaccins conférant une protection contre les pathogènes des maladies diarrhéiques sont disponibles.

“Le meilleur moyen de protéger les enfants de maladies mortelles, c’est de commencer par les empêcher de tomber malades.”

– Dr. Ruth F. Bishop, membre de l’équipe qui a découvert le rotavirus, dans le rapport du PATH sur les maladies diarrhéiques: Les solutions pour vaincre un meurtrier mondial

  • Problème: un accès limité aux soins d’urgence

    La diarrhée peut être mortelle, et les enfants qui souffrent d’infections récurrentes risquent de se retrouver avec des handicaps sur le long terme. Les communautés dont les infrastructures sont insuffisantes ou qui sont particulièrement susceptibles d’être victimes de catastrophes naturelles courent un risque accru d’épidémies de maladies diarrhéiques, comme le choléra et la propagation du rotavirus, de l’ETEC, et des Shigelles. Comme la cause spécifique des diarrhées est souvent inconnue (un virus, une bactérie ou un parasite), des antibiotiques inadéquats sont fréquemment utilisés dans le cadre du traitement, contribuant à la crise mondiale de résistance aux antibiotiques.

  • Solution: commencer par protéger les enfants des infections

    Des vaccins contre le rotavirus, qui est la cause la plus fréquente et la plus mortelle de diarrhée sévère chez les jeunes enfants, sont désormais disponibles et ont un impact significatif dans les pays où ils ont été introduits. Des vaccins contre l’ETEC et les Shigelles, principale cause des diarrhées bactériennes, sont en cours de développement.

    Des vaccins sont également disponibles pour prévenir le choléra, une maladie diarrhéique communément associée à des épidémies, en lien avec l’insalubrité de l’eau et des difficultés d’assainissement. En outre, des vaccins sont à l’étude contre d’autres maladies diarrhéiques, comme les infections à norovirus, et à salmonelles (Salmonella paratyphi, et Salmonella non typhiques ). (Des vaccins typhoïdes sont disponibles, mais notons que la fièvre typhoïde n’est pas une maladie diarrhéique.)

  • Impact: prévenir les infections, sauver des vies

    On recense 6 pathogènes (dont le rotavirus, l’ETEC et les Shigelles), responsables de près de 80 % des infections diarrhéiques. La vaccination contre ces pathogènes pourrait éviter des centaines de millions de morts, et prévenir les types d’épisodes diarrhéiques récurrents qui entravent le développement optimal de beaucoup trop d’enfants. En prévenant la maladie et l’utilisation, correcte ou incorrecte, des antibiotiques, les vaccins permettent également d’éviter le développement d’autres résistances aux médicaments.

Semaine Mondiale de la Vaccination

DERNIÈRE SEMAINE D’AVRIL

En savoir plus


Retour en haut

  • Problème: des agents incroyablement contagieux

    Le rotavirus est un virus très contagieux qui peut entraîner des diarrhées. Il s’accompagne souvent de vomissements et de fièvre. Sans traitement, il peut provoquer une déshydratation sévère et la mort. Si chaque enfant ou presque dans le monde est à risque , indépendamment de l’endroit où il vit, les enfants évoluant dans la pauvreté meurent davantage du rotavirus, en raison de l’absence d’accès aux soins d’urgence. Même les cas d’infections à rotavirus moins sévères peuvent avoir des répercussions économiques énormes sur les familles, à cause du coût élevé du traitement.

    Contrairement aux bactéries et parasites qui entraînent d’autres formes de diarrhée, les infections à rotavirus ne peuvent pas être prévenues par des améliorations de l’eau, de l’hygiène et des services d’assainissement; ce sont les vaccins qui confèrent la meilleure protection.

  • Solution: prévenir les infections, sauver des vies

    Dans les pays où ils sont utilisés, les vaccins contre le rotavirus sauvent des vies et protègent la santé des enfants. À ce jour, plus de 95 pays ont introduit les vaccins contre le rotavirus dans leur programme national de vaccination. Cependant, fmoins d’un nourrisson sur 2 dans le monde—soit plus de 75 millions de nourrissons-y a accès. En Asie tout particulièrement, l’adoption de ces vaccins reste lente. Nous devons faire davantage d’efforts pour en faire bénéficier ces enfants.

    Si les vaccins contre le rotavirus étaient introduits dans tous les pays de l’Alliance Gavi (y compris dans ceux qui ne l’ont pas encore introduit), ces vaccins pourraient éviter près de 600 000 décès et environ 900 millions de dollars US en coûts liés aux traitements entre 2018 et 2027.

  • Recommandation à l’échelle mondiale: rotavirus

    L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) préconise que tous les pays incluent les vaccins contre le rotavirus dans leurs programmes nationaux de vaccination.

    • Il existe actuellement quatre vaccins disponibles contre le rotavirus à l’échelle internationale.
    • Le Vietnam et la Chine disposent tous deux de vaccins contre le rotavirus approuvés au niveau national.

    Les pays peuvent se renseigner sur les vaccins disponibles ici: WOMS: Rotavirus et évaluation et comparaison des coûts programmatiques des différents vaccins contre le rotavirus en utilisant le calculateur des coûts liés aux vaccins contre le rotavirus proposé par l’organisation PATH.

    Des informations supplémentaires concernant l’introduction des vaccins sont disponibles ici: Conseil ROTA: Comment l’introduire..

    Obtenez des données probantes supplémentaires sur l’impact du vaccin contre le rotavirus.

    Gavi, the Vaccine Alliance propose aux pays éligibles une assistance dans le cadre de l’introduction du vaccin contre le rotavirus.


Retour en haut

Copier l’URL

ETEC & Shigella


Retour en haut

  • Problème: risque d’épidémies

    Comme les autres formes de diarrhée, le choléra se développe dans un contexte de pauvreté et tue ses victimes en les déshydratant rapidement. Mais le choléra possède une autre caractéristique particulière : il se répand et provoque des épidémies car son bacille (Vibrio cholerae) se propage rapidement. En outre, une grande quantité de bactérie est nécessaire pour entraîner la maladie du choléra, ce qui signifie que des foyers de choléra apparaissent généralement dans des sites insalubres densément peuplés, où les conditions particulièrement négligées sont propices à des flambées d’infections: zones de conflit, bidonvilles urbains, sites de catastrophes naturelles et camps de réfugiés, entre autres. Certaines zones connaissent des périodes plus prévisibles de survenue du choléra pendant la saison des pluies : une situation qui risque de s’aggraver en raison du changement climatique.

  • Solution: mise à disposition du vaccin sur le court terme, efforts WASH sur le long terme

    L’éradication du choléra est possible. En Afrique, 90 % des cas de choléra surviennent dans des zones sensibles habitées par moins de 5 % de la population.

    Le vaccin anticholérique oral, qui a été mis à disposition pour la première fois en 2013 dans les stocks internationaux de l’OMS, a permis d’améliorer radicalement la capacité à contenir rapidement les épidémies de choléra. Le vaccin anticholérique oral est sûr, économique, facile à fournir et efficace. En offrant une protection immédiate qui dure 2 à 3 ans, il constitue une mesure provisoire qui permet de gagner du temps, tandis que les communautés investissent dans des efforts de prévention de long terme comme l’eau, l’assainissement et l’hygiène.

  • Recommandation à l’échelle mondiale: choléra

    Lancée en 2017 par le Groupe mondial de travail pour le contrôle du choléra, la Feuille de route mondiale à l’horizon 2030 vise à réduire de 90 % les décès imputables au choléra d’ici à 2030. La feuille de route définit trois axes stratégiques pour les pays, partenaires techniques et donateurs: une détection précoce et une réponse rapide; une approche ciblée mutli-sectorielle pour prévenir la récurrence du choléra; et un mécanisme de coordination efficace pour le soutien technique, les défenseurs, la mobilisation des ressources, ainsi que les partenariats au niveau local et mondial.


Retour en haut

Sources: